Des lectures d’actualité … aussi pour Crespières

Je vous propose ici de partager quelques idées de lecture. Ces 3 livres sont assez connus alors il est bien possible que vous les ayez déjà lus ou que en ayez entendu parler.
 
Ils abordent le sujet de l’effondrement des sociétés d’un point de vue scientifique ou historique et mettent en perspective ce qui est probablement en train de se produire pour la nôtre beaucoup plus vite que beaucoup ne le pensent.

Ils apportent aussi un éclairage sur ce que nous pouvons faire.

Mais quel rapport avec Crespières et l’A.D.S.C ?

Une part importante des actions de l’A.D.S.C pour Crespières s’inscrit dans un contexte plus large qui anime l’actualité chaque jour un peu plus : réchauffement climatique, artificialisation et érosion des sols, qualité et accessibilité de l’eau, pollutions chimiques, destruction des espèces et des écosystèmes… le tout poussé par une croissance ( ou recherche de croissance ) sans fin à l’échelle des pays, des territoires, des communes et des individus que nous sommes. 

Nous puisons dans les ressources terrestres bien plus vite que la planète ne peut le supporter. En un siècle nous l’avons déjà considérablement abimé. 

Nous savons tous, au fond, que tout cela ne pourra pas durer. Des changements sont à venir. Nous les choisirons ou ils nous seront imposés par la réalité. A nous de choisir de continuer à penser à l’instant présent ou à nous soucier des années qui viennent.

A l’échelle de Crespières nous devons choisir :

Continuer à construire des lotissements et empiéter sur les terres arables et les écosystèmes sans tenir compte des impacts OU mesurer nos projets à l’aulne des conséquences et surtout de nos réels besoins

«  Oui mais alors on ne fait plus rien ? », dirons certains.

Si, mais en ne faisant que le nécessaire et en recherchant toujours un solde positif pour la planète et donc pour nous même. 

Concrètement :

  • Le projet de maison médicale aux Mathurins et les 29 logements qui l’accompagnent n’est-il pas surdimensionné ?
  • Nous pourrions nous pas faire autrement, plus raisonnable, tout en répondant à nos besoins ?
  • Et sur ce qui sera construit, pourquoi ne pas en profiter pour mettre en avant des bâtiments à énergie positive par exemple ?

« La loi est respectée », dirons d’autres.

Certes, mais les limites données par la loi ne sont plus en phase avec les enjeux. Il faut faire mieux que la loi, plus que les règlements.
 
A l’échelle individuelle nous sommes déjà nombreux à trier nos déchets, économiser nos trajets, préférer l’économie circulaire ou locale. Il faut poursuivre et mettre en avant tout ce qui peut réduire notre impact et préserver notre qualité de vie. Ce n’est pas simple car nous sommes tous ambivalents, tiraillés entre nos envies de modernité ( confort, voitures, voyages, high-tech… ) et notre conscience des dégâts causés. 

Comme l’explique Jared DIAMOND, les actions et prises de conscience se font avec autant d’importance par le local ( bottom up ) que par l’autorité politique ( top down ). Autrement dit, les actions des individus, des communes et des petites associations comme la nôtre comptent.

Il ne faut pas tout attendre de l’état. 

M.J

PS : Les livres peuvent vous être prêtés sur simple demande

Pour rappel vous pouvez réagir à nos articles en bas de page

Effondrement ( Jared DIAMOND ) – Folio 2009 : 
Aborde le sujet par l’histoire comparative des sociétés : Ile de Pâques, Incas, Vikings, les iles Pitcairn et Henderson… et plus récemment Rwanda, Haiti, Montana, Australie… Parfois un peu répétitif mais très intéressant à plusieurs titres. Certaines sociétés s’effondrent car elle n’ont pas su gérer les limites de leur environnement, d’autres perdurent car elles prennent les bonnes décisions, parfois avec beaucoup de courage.
 
Comment tout peut s’effondrer ( Pablo SERVIGNE ) – Seuil 2015 :
Condensé, facile à lire et complet. Peut être parfois un peu « politisé » mais tout y est sur le fond avec de très nombreuses références.
 
Les limites à la croissance ( Donella & Dennis MEADOWS ) – Rue Echiquier 2017 : 
Le fameux rapport Meadows publié en 1972 à la demande du Club de Rome est ici revisité 30 ans après. La base de la prise de conscience qui malheureusement n’a pas été suffisamment écoutée.

BF0324B0DFA01347A2B59B2A8ECFA68A

Cartouche - copie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s