PLU Fiche N°5 : Crespières va t’il rester un village ?

Après 4 premières fiches, l’A.D.S.C – Crespières Village et Environnement poursuit son travail pour vous permettre de mieux comprendre les enjeux et le contenu du projet de PLU (Plan Local d’Urbanisme).

Les 4 fiches précédentes :

Fiche N° 4 : Respect du SCOT

Fiche N°3 : Les protections paysagères

Fiche N°2 : Impacts sur les quartiers

Fiche N°1 : Le projet de PLU pour Crespières

Dans cette fiche nous vous proposons un focus sur l’impact du PLU sur la démographie à Crespières 

Le parti pris de l’A.D.S.C – Crespières Village et environnement : Pour demeurer agréable à vivre, Crespières doit rester un village et ne pas devenir une petite ville de banlieue condamnée à s’étendre.   Le projet affiché est de « Maintenir un équilibre démographique par la diversification de l’offre de logements» (P 4 PADD) Plus précisément, l’engagement est celui-ci : « une augmentation d’environ 400 nouveaux habitants, soit une population totale proche de 2000 habitants à l’horizon 2030. Cela suppose la création de 160 nouveaux logements ».       Ces nouveaux logements se répartiraient ainsi : 90 logements par densification ; 10 logements à construire dans l’ancienne ZAC du château ; 50 logements aux Mathurins ; 10 logements non situés.   tree-990840_1920       Ceci correspond en pratique à : 
  • une croissance considérable de la population de 25% entre 2015 et 2030 (de 1600 à 2000), non compatible avec le SCOT de Gally Mauldre qui prévoit une croissance de 5% pour la même période, et jamais vue depuis 1975.
 
  • une offre de logements sans diversification identifiable : les logements du château, les logements Bouygues aux Mathurins correspondent tous à une offre couteuse au m2 ; on peut imaginer que la densification se ferait sur les mêmes bases.
 
  • un maximum de 2000 habitants dépassé (pour l’INSEE, un village a moins de 2000 habitants) :
Nous sommes en 2020 et les calculs doivent être faits par rapport à la population actuelle. Les constructions depuis 2015  : les Tilleuls, les constructions rue d’Herbeville, dans le parc du château et dans le diffus ; soit environ 50 logements nouveaux ont augmenté la population qui n’est plus de 1600, mais plutôt d’environ 1700 habitants minimum même en tenant compte des départs. Aussi, les habitants du logement social « intergénérationnel » prévu dans le parc du château (3500 m2) peuvent être estimés à 100 personnes et doivent être pris en compte. Ce calcul intégrant tous les éléments conduit à une population finale très supérieure au maximum de 2000 (1700 + 400 + 100 = 2200 habitants), soit une croissance énorme de 37% de la population de Crespières depuis 2015.                      

Questions de l’ADSC :

  • Nous prenons acte de l’engagement formel de ne pas dépasser 2000 habitants. Mais comment ce chiffre pourrait-il être respecté compte tenu des différents projets dont le total va très au-delà ?
 
  • Le SCOT de la communauté de communes de Gally Mauldre prévoit, entre 2015 et 2030, une croissance moyenne de la population de 5% au total. Comment peut-on justifier de la compatibilité avec ce texte d’une croissance de 25% ou 37% à Crespières ?
 
  • Quel est l’avantage concret attendu pour les habitants d’une telle croissance au regard des inconvénients : circulation accrue (chaque nouveau logement correspond à 2 voitures de plus), suppression de jardins , besoins en équipements non pris en compte dans le projet : école, épuration des eaux, transports collectifs ?
 
  • Pourquoi une réflexion publique n’est elle pas engagée sur la taille optimale de Crespières (avec un nombre raisonnable de commerces et de services publics son centre village, des agriculteurs, un plafond d’habitants au-delà duquel nous ne serons définitivement plus un village ) ?

_______________________________________________________________ 

Nous pensons qu’un débat public large, immédiat et transparent est indispensable sur ce point majeur. Une enquête CEVIFOP de 2019 montre une préférence des français pour la vie à la campagne (45%), et en particulier dans les communes de moins de 2000 habitants, qui représentent 83 % du total en France. Cette préférence ne dépend ni de l’âge ni du niveau d’études. Au-dessous de 2000 habitants, la commune est considérée comme un village, au-delà, c’est une ville.   Vous avez des questions, des remarques sur ce PLU, participez en remplissant ce formulaire :

  Cartouche - copie

Une réflexion sur “PLU Fiche N°5 : Crespières va t’il rester un village ?

  1. Merci pour cet excellent article.
    Cela fait plus de quinze ans que nous habitons à Crespières que nous avions choisi en particulier pour son calme et sa verdure.
    Le constat est simple sur ces dernières années. Le traffic a explosé rue de Montcel (où le stationnement en dehors des places de parking, non sanctionné, ne facilite rien). Il a également explosé rue du Chêne ou chemin aux Bœufs en raison du nombre de véhicules légers et de camions drainés par l’activité devenue industrielle au bout de chemin de Boissy. Et malheureusement, là aussi, avec la plus totale incivilité en ce qui concerne les vitesses.
    Le nombre va souvent avec l’égoïsme. S’étendre à toute force n’arrangera rien.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s