PLU Fiche N°7 : Les Mathurins, un projet à rebondissements

Après 6 premières fiches, l’A.D.S.C – Crespières Village et Environnement poursuit son travail pour vous permettre de mieux comprendre les enjeux et le contenu du projet de PLU (Plan Local d’Urbanisme).

Les 5 fiches précédentes :

Fiche N°6 : Et que deviennent le château et ses alentours

Fiche N°5 : Crespières va t’il rester un village ?

Fiche N° 4 : Respect du SCOT

Fiche N°3 : Les protections paysagères

Fiche N°2 : Impacts sur les quartiers

Fiche N°1 : Le projet de PLU pour Crespières

Dans cette fiche nous vous proposons un focus sur LES MATHURINS  

Voilà ce que nous comprenons d’un dossier qui mériterait d’être clarifié…

Pourquoi remettre en chantier l’OAP des Mathurins ?

Capture d’écran 2019-11-25 à 17.25.46Nous pensions ce dossier clos avec l’adoption définitive du nouveau PLU par le conseil municipal en octobre 2018.

Mais, deux mois plus tard le même conseil municipal lançait une autre révision du PLU avec 4 objectifs : « ajuster certains éléments paysagers ou bâtis remarquables, ajuster certains espaces boisés classés, ajuster le périmètre de l’OAP des Mathurins, engager des réflexions pour des adaptations règlementaires sur certains secteurs ». La raison de cette décision n’était pas expliquée.

Dans tous les cas, cette réouverture du dossier permet d’approfondir le débat.

Quelles modifications au projet initial ?

Depuis que le nouveau projet a été rendu public le 29 janvier 2020 (300 pages à défricher…) identifié que :
  • Dans les documents officiels de l’OAP, le texte actuel « « à court, moyen et long terme le site accueillera UNE TRENTAINE de logements diversifiés » est remplacé par : « a court moyen et long terme le site accueillera UNE CINQUANTAINE de logements diversifiés »
  • Une petite extension de la zone concernée et une réduction des sous- zones de 3 à 2, sont effectuées.

Dans l’intervalle :

  • En mai 2019 un budget de financement sur fonds municipaux (1 100 000 € HT) d’une maison médicale a été adopté
  • Bouygues a été choisi en juin 2019 et la municipalité lui a vendu 6600 m2 de terrain pour 1 910 000 €
  • Bouygues a déjà mis en vente 50 logements (avec 100 parkings) a des prix « à partir de » 270 000 € à 381 000 € pour les logements intermédiaires, et 485 000 € à 644 000 € pour les maisons.
  • L’entrée de village serait végétalisée. Nous nous réjouissons de cette position qui correspond à nos demandes, et qui tranche nettement avec ce qui a été fait aux Tilleuls. Nous attendons les visuels.
  • la municipalité a continué à opposer son habituel (et surprenant) « le projet doit impérativement rester confidentiel » à nos demandes d’une concertation avec les habitants. Nous répétons pour dissiper la confusion entretenue, qu’il ne s’agit pas d’obtenir copie des demandes de permis de construire, ceux-ci seront obligatoirement consultables le temps venu.

Questions, observations et suggestions de l’ADSC :

  • Impact sur la circulation : 100 nouveaux véhicules, s’ajoutant au trafic lié au futur centre médical desservant plusieurs communes (et qui disposera d’un parking), et voie traversante entre la 307 et la rue d’Herbeville ne constituent pas des bonnes nouvelles pour la circulation déjà trop dense (10 000 voitures par jour sur la 307,3 000 rue de Moncel…). A-t-on vraiment réfléchi à l’alternative d’un développement plus modeste et a taille optimale maximum pour notre village ?
  • Maison médicale : le projet de maison médicale était certainement justifié par l’arrivée de 3 médecins généralistes avec un cabinet partagé pour d’autres praticiens et un cabinet d’infirmières. A notre connaissance, ces généralistes ne semblent pas désireux de venir à date, mais un pédiatre et un dentiste seraient intéressés ainsi qu’un certain nombre de paramédicaux. Compte tenu du cout de plusieurs centaines de milliers d’euros par praticien et du risque de mouvements opportunistes d’un village a l’autre, nous posons quelques questions : quelle est la proportion de candidats avérés qui ne se trouve pas déjà dans l’environnement proche ? A-t-on sérieusement exploré la possibilité d’une maison médicale partagée avec plusieurs communes proches afin de limiter les couts et les risques ?
  • Pharmacie : si l’on s’inspire de la grande réussite municipale qu’est l’implantation d’une épicerie en centre village, pourquoi ne pas faire de même avec la pharmacie maintenant qu’une grande zone d’intérêt public est envisagée à côté de l’école ? Une pharmacie aux confins du village, sur la 307 n’est certainement pas un avantage pour les seniors, ni pour les mamans.
  • Opération immobilière (Bouygues) : le projet était justifié par les « demandes de jeunes ménages et/ou familles qui souhaitent profiter du cadre de vie, de personnes âgées, familles monoparentales, jeunes adultes décohabitant, afin de renforcer la mixité sociale et intergénérationnelle ». Ce bel objectif ne sera certes pas atteint avec l’offre de Bouygues aux environs a plus de 4000 € du M2.
Il nous a été indiqué qu’au-delà des studios pour internes (dont ce n’est pas l’objet), trois logements sociaux seraient finalement construits dans la maison médicale (?). Pourquoi a-t-on accéléré le phasage immobilier (avec 50 logements immédiatement au lieu de 30) et abandonné le projet de 10 logements sociaux ? Bouygues a-t-il utilisé l’argument financier pour faire pression ? Pourquoi ne pas revenir au projet initial ?
  • Zone de bureaux, services et activités le long de la 307 : nous comprenons à ce stade qu’elle serait en retrait de 6,5 m par rapport a la 307, qu’une lisière arborée serait créée sur la partie ouest, qu’un parking collectif serait construit (50 places ?), qu’une route traversante relierait la 307 et la rue d’Herbeville. Au-delà d’une pharmacie et d’une maison médicale, a-t-on aujourd’hui une idée de ce que seraient les autres implantations, leurs avantages et leurs inconvénients pour Crespières ?
  • Quelle suite a été donnée aux recommandations faites par le commissaire enquêteur lors de la dernière enquête publique (rapport de Monsieur Genesco – 9 octobre 2018) ?
    • « Recommandation n°1 : le maitre d’ouvrage évaluera de façon précise et argumentée les besoins réels en capacité de stationnement nécessaires à l’activité de la maison médicale
    • Recommandation n°2 : le maitre d’ouvrage en concertation avec les riverains concernés déterminera le rôle et la configuration de la voirie nouvelle créée sur le site des Mathurins (traversante ou en double impasse) »
https://www.bouygues-immobilier.com/programme-neuf-crespieres/ref/1792831577784771

Vous avez des questions, des remarques sur ce PLU, participez en remplissant ce formulaire :


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s