Quoi de neuf du côté du monde rural ?

Aujourd’hui, l’ADSC vous propose une revue des actualités rurales de ces dernières semaines avec malheureusement le gel en maître de cérémonie. Bonne lecture et merci à notre arboricultrice et notre agriculteur Lucien V. pour leurs contributions !!

Gel : le régime de calamité agricole activé face aux pertes de récoltes

Ces derniers jours, une grande partie de la France a été touchée par une vague de gel important mettant en péril les cultures. Malgré les efforts des agriculteurs pour protéger leurs cultures, les pertes vont être considérables. A Crespières, l’impact est en cours d’évaluation mais celui-ci est plus important en fond de vallée. Nos agriculteurs vont donc couper quelques épis d’orge (céréale la plus avancée) pour observer l’état de l’épi. Quant ce dernier est blanc (voir photos ci-après) cela signifie que le gel a perturbé le développement de l’épi. Il y a donc un risque de malformation plus tard et donc un impact sur la récolte de cet été.

Epi d’orge gelé

Du côté du jeune verger de Zyr (arboricultrice de Crespières), les poiriers, cerisiers, pêchers, pruniers étaient en fleurs…De nombreux pommiers étaient au stade boutons roses. Malgré des pulvérisations à base de sucre et de plantes pour protéger les fleurs et les boutons, il a fallu se rendre à l’évidence dès le 6 avril : les fleurs étaient visiblement cuites (photo ci-après). Et la plupart des boutons aussi… Un arboriculteur voisin (parcelles à Villepreux et Feucherolles) table sur une perte entre 80% (en étant optimiste) et 95% du volume d’une récolte habituelle.

Fleurs de poirier brûlées par le gel

Dans ce contexte, le ministère de l’Agriculture a annoncé la mise en œuvre du régime de calamité agricole pour permettre aux agriculteurs de prétendre à des aides. Des dispositifs d’aide fiscale ont aussi été annoncés par le gouvernement.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/yvelines/gel-le-regime-de-calamite-agricole-active-pour-aider-les-agriculteurs-face-aux-pertes-2039233.html

L’association patrimoniale de la Plaine de Versailles/Etude sur le cadre de vie des abeilles : des résultats plutôt positifs

L’association patrimoniale de la Plaine de Versailles a lancé l’an dernier une étude visant à mesurer la qualité de l’environnement des abeilles. Les premiers résultats ont été présentés. L’objectif est de sensibiliser les habitants, les agriculteurs et les pouvoirs publics, pour qu’ils remettent en question leur usage des pesticides et adaptent la semence de certaines fleurs et arbres. Les analyses des ruches (situées entre Plaisir, Feucherolles et Jumeauville) et de leurs habitantes témoignent d’une carence de la flore en quantité, diversité et qualité . Pour y remédier, la Plaine de Versailles compte faire des préconisations destinées aux agriculteurs, aux habitants ou encore aux pouvoirs publics. « On va chercher à fédérer l’ensemble des acteurs pour encourager à planter des essences mellifères. […] On va essayer de trouver des budgets pour acheter des semences », envisage Marie Martinez.

https://lagazette-sqy.fr/2021/04/07/votreville/yvelines/etude-sur-le-cadre-de-vie-des-abeilles-des-resultats-plutot-positifs/

Le Conseil Constitutionnel censure les chartes d’engagements

Les chartes d’engagements départementales, qui autorisaient les dérogations à l’usage de pesticides près des zones habitées, viennent d’être déclarées contraires à la Constitution par le Conseil Constitutionnel. Pour mémoire, ces chartes, élaborées à l’échelle du département, visaient à favoriser le dialogue entre les habitants, les élus locaux et les agriculteurs. Elles permettaient de répondre aux enjeux de santé publique liés à l’utilisation de produits phytopharmaceutiques en agriculture, particulièrement à proximité des lieux habités. Le Conseil Constitutionnel a invalidé la méthode d’élaboration de ces chartes notamment le fait que cette dernière ne s’est tenue qu’avec les seuls représentants des habitants, ce qui est contraire aux exigences constitutionnelles résultant de l’article 7 de la Charte de l’environnement selon lequel : « Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d’accéder aux informations relatives à l’environnement détenues par les autorités publiques et de participer à l’élaboration des décisions publiques ayant une incidence sur l’environnement. »

https://www.vie-publique.fr/en-bref/279118-epandage-pesticides-chartes-dengagements-contraires-la-constitution

Le Gouvernement envisage la suppression de l’utilisation des matériels d’épandage les plus émissifs à l’horizon 2025

Le ministère de l’agriculture et de l’alimentation a lancé en janvier 2021 un plan d’actions pour supprimer l’utilisation des matériels les plus émissifs à l’horizon 2025.
Les travaux relatifs à ce plan d’actions ont été lancés fin novembre 2019 par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation et par le ministère de la Transition Écologique, en s’appuyant sur le groupe de concertation « gestion des éléments nutritifs et émissions vers le milieu » (GENEM). Ce plan d’actions ministériel sur les matériels d’épandage moins émissifs doit maintenant être mis en œuvre de façon opérationnelle, à travers la réalisation des travaux prévus dans les fiches-actions du plan.

https://agriculture.gouv.fr/epandage-un-plan-dactions-ministeriel-pour-supprimer-lutilisation-des-materiels-les-plus-emissifs


Retrouvez nos derniers articles :


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s